Freelance : comment bien se protéger contre les impayés ?

publié le 12/10/20

L'activité de conseils aux entreprises est en plein boom depuis plusieurs années. En 2017, le nombre d’entreprises de consulting en France s'élevait à plus de 150 000. Au-delà de l’essor d’une profession, c’est en réalité la structure même de l’emploi qui mute. Le modèle du freelance offre en effet une forme d’autonomie et de flexibilité sur un grand nombre de prestations, et cela au bénéfice des consultants et des entreprises.

En effet, les entreprises peuvent ainsi avoir recours à des intervenants indépendants pour un consulting de quelques heures et les consultants peuvent quant à eux diluer leurs interventions entre plusieurs clients. En termes de sécurité, c’est gagnant-gagnant : l’entreprise ne souffre pas des contraintes administratives d’une embauche, même temporaire. Le consultant peut travailler pour plusieurs clients à la fois, et répartir sa facturation entre eux.

En termes de gestion des risques, il est préférable d’avoir 50 clients à 1000 euros que 1 client à 50 000 euros !

L’activité du freelance, celui de consulting par exemple, fonctionne selon un schéma traditionnel, dans lequel les parties s’entendent sur un devis, puis un ou plusieurs acomptes sont versés en cours de prestation et le solde est réglé à la fin. Mais ce modèle n'est pas sans risque et peut être générateur d’impayé(s). L’intervention du consultant consiste à éxécuter un service, ça prestation n'est pas inscrite dans la durée (comme pourrait l'être un contrat CDD par exemple). Il est alors plus facile de faire « trainer » un règlement lorsque la mission du consultant est terminée.

Un seul impayé peut suffire et être fatal à un travailleur indépendant, lorsqu’il travaille exclusivement pour un seul client. Avant de penser à une procédure de recouvrement, il faut déjà prévenir les risques, ce qui passe avant tout par la contractualisation de la prestation : rien ne remplace un bon contrat, définissant les obligations réciproques, le rythme de facturation et de paiement, les pénalités encourues. Faute de contrat, il faut au moins un devis qui encadre la prestation forfaitisée ou son mode de facturation. Veillez à bien respecter les mentions obligatoires dans vos documents contractuels.

La prévention passe aussi par la surveillance de la santé financière de votre client. De nombreux outils en ligne permettent de vérifier ces informations. Cela vous permettra d’anticiper et prendre éventuellement quelques mesures préventives (facturation plus fréquente…).

Un recouvrement organisé de ses créances permet de démontrer sa rigueur à ses clients. Ne tardez plus, un recouvrement amiable via la plateforme vous permettra précisément de renvoyer cette image de recouvrement organisé. Le scénario s’adaptera automatiquement à la nature de votre adversaire et selon qu’il soit un particulier ou un professionnel. Les relances; appels téléphoniques, rédaction des courriers, mise en demeure sont adaptées à un public professionnel, actionnant tour à tour les leviers qui sont efficaces sur ce type d’interlocuteurs. Nous personnalisons également les conseils que nous vous apportons en fonction de la nature de votre débiteur. 

Consultant, freelance, indépendant, autoentrepreneur, si vous êtes face à un impayé, déposez votre facture sur recouvrer.fr. Commencez votre recouvrement en autonomie ou avec l'aide d'un Huissier de Justice, obtenez le paiement de votre créance et consolidez votre trésorerie.

Egalement dans les actualités

img

A quelles sanctions s'exposent les mauvais payeurs ?

16/09/20

Lire l'article

img

La réglementation applicable et le formalisme à respecter dans vos documents contractuels

09/11/20

Lire l'article